Substances toxiques dans les protections intimes féminines

santé, consommateurs, santé des femmesLe jeudi 19 juillet 2018

J’ai interrogé Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, sur la présence de produits toxiques dans les tampons et serviettes hygiéniques.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), saisie par les ministères en charge de la Santé et de l’Économie, a publié le 19 juillet dernier son évaluation quant aux risques sanitaires que cela représente.

« L’Anses recommande aux fabricants d’améliorer la qualité des matières premières et de réviser certains procédés de fabrication afin d’éliminer ou, à défaut, de réduire autant que possible, la présence de ces substances, en particulier celles présentant des effets « cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques » (CMR), perturbateurs endocriniens ou sensibilisants cutanés. ».

Sont notamment présents : des pesticides, des hydrocarbures aromatiques plycycliques (HAP), des phtalates, des dioxines et furanes.

Ces risques concernent des millions de femmes qui chaque mois utilisent ces produits pendant plusieurs dizaines d’années.

Face à l’absence de mesures contraignantes pour que les fabricants cessent de vendre des produits dangereux, elles continueront à y être exposées.

C’est pourquoi je lui ai demandé ce qui sera concrètement mis en œuvre afin de protéger la santé des femmes.