Proposition de résolution relative au dépistage et à la prise en charge de la maladie de Lyme

assemblée nationale, santé, affaires socialesLe mercredi 14 mars 2018

J’ai cosigné la proposition de résolution relative au dépistage et à la prise en charge
de la maladie de Lyme de mon collègue Pierre Morel-À-L’Huissier (Député de Lozère).

 

Particulièrement attentive à ce problème de santé publique, j’avais interrogé la ministre de la santé dès novembre 2017.

 

La maladie de Lyme, aussi appelée Borréliose de Lyme, est une maladie bactérienne causée par la bactérie Borrelia burgdorferi. Elle est transmise à l’homme par le vecteur d’une morsure de tique, elle-même contaminée par la bactérie.

 

Selon l’étude du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) de mars 2014, cette pathologie, encore trop méconnue du public, touche en moyenne 27 000 personnes en France, avec de fortes disparités régionales. Au cours de la période 2009-2015, Santé publique de France a estimé que les taux d’incidence annuels moyens étaient plus élevés dans les régions de l’Est et du Centre de la France avec des taux atteignant parfois plus de 157 cas pour 100 000 habitants. De plus, dans de nombreuses régions, une augmentation du taux d’incidence a été observée comme en Rhône-Alpes, Poitou-Charentes, Lorraine, Limousin, Bourgogne, Auvergne et Alsace.

 

L’expansion de la maladie est inquiétante. Le réseau Sentinelles estime à 55 000 le nombre de nouveaux cas en 2016, soit une hausse de 65 % par rapport à 2015.

 

Face à cet enjeu sanitaire inquiétant, les professionnels de santé tirent la sonnette d’alarme depuis maintenant des années et une association de patients, médecins et de lanceurs d’alerte a notamment vu le jour autour d’un collectif appelé « Chronilyme ». En effet, ils font face à deux difficultés majeures en raison de la diversité et de l’intensité variable des symptômes causés par la maladie.

 

Le premier est le dépistage. Les tests actuellement utilisés en France sont mis en cause en raison de leur manque de fiabilité. Cette situation grave a abouti à une plainte récemment déposée par un collectif de patients qui dénoncent notamment une violation du principe d’indépendance des experts du Centre National de Référence (CNR) et de leur directeur.

 

Enfin, la prise en charge du traitement des malades fait cruellement défaut.

 

Un débat à la hauteur des enjeux sanitaires que représente cette maladie dont l’ampleur ne cesse de grandir en France est nécessaire, ainsi qu’une véritable politique de santé publique.

 

Dossier législatif

 

 

Qu’est-ce qu’une proposition de résolution ?

Chaque assemblée du Parlement a la faculté de voter des résolutions à caractère général, sur tout sujet. Contrairement aux lois, les résolutions n'ont pas de valeur contraignante. Elles marquent l'expression d'un souhait ou d'une préoccupation.

Il existe aussi des résolutions dans des domaines précis : résolutions sur les projets d'actes européens, et résolutions internes au Sénat (modification du Règlement, création d'une commission d'enquête...).