Nutri-Score pour nos fromages : Ne pas induire le consommateur en erreur !

igp/aop, filière fromagère, nutri-scoreLe mercredi 27 octobre 2021

Lors des questions d’actualité, j’ai interrogé le Ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur un sujet cher aux Français : les fromages !


En effet, l’ensemble des représentants des professionnels du secteur, tout comme les comités interprofessionnels, comme pour le Saint-Marcellin en Isère, s’inquiètent quant à la mise en place du Nutri-Score pour les fromages. Près de 90 % d’entre eux se retrouvent classés en D ou E. Il s’agit d’une problématique pour tous les fromages, mais également pour ceux bénéficiant d’une AOP ou d’une IGP.


Les professionnels s’inquiètent donc du décalage qui existe entre l’étiquetage nutritionnel et la qualité même des produits laitiers. De plus, pour les fromages sous indications géographiques, d’autres difficultés apparaissent : le Saint-Marcellin IGP par exemple, serait classé D ce qui le placerait dans la catégorie des produits à éviter pour le consommateur, au même titre que certains produits industriels.


Ces fromages répondent à des cahiers des charges très stricts garantissant leur qualité et une composition simple, sans additifs ni nanomatériaux. Et les fabricants ne disposent pas de la possibilité de reformuler leurs produits, comme pourraient le faire d’autres fabricants ne bénéficiant pas de ces labels, dans le but d'obtenir une meilleure note.


Rappelons que Santé publique France préconise d’interdire la publicité sur les aliments notés D et E afin de protéger les enfants et adolescents du marketing publicitaire. Or, cette décision reviendrait à interdire la promotion de 95% des fromages sous IG, alors même que les recommandations pour les enfants et les adolescents sont de 3 à 4 produits laitiers par jour, pour leur apport en calcium.

Il convient de permettre aux consommateurs de pouvoir faire la distinction entre produits de qualité issus de nos terroirs et les produits industriels transformés.


Dans sa réponse le Ministre a précisé qu’il fallait rouvrir la méthodologie du Nutri-Score afin qu’il tienne mieux compte des réalités et qu’il faut absolument travailler à la mise en œuvre d’un Nutri-Score européen.

 

La vidéo de ma QAG