Mixité sociale au sein des grandes écoles

educationLe mercredi 10 février 2021

J’ai saisi la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur la question de la diversité sociale et territoriale au sein des grandes écoles françaises.

Une étude de l’Institut des politiques publiques de janvier 2021 intitulée « Quelle démocratisation des grandes écoles depuis le milieu des années 2000 » documente l’évolution du recrutement des classes préparatoires et des grandes écoles ces dernières années.

Le constat de cette étude est frappant : entre le milieu des années 2000 et le milieu des années 2010, la diversité sociale au sein de ces établissements n’a pas progressé.

La part des étudiants les plus défavorisés socialement suit cette tendance et ne dépasse pas les 5% des effectifs totaux alors qu’elle représente pourtant plus de 30% de cette classe d’âge.

Les effectifs de ces établissements auraient augmenté de manière importante au cours de la période étudiée sans que cet élargissement quantitatif ne soit accompagné d’une diversification du profil social de leurs étudiants.

L’étude met également en lumière une surreprésentation des élèves originaires d’Ile-de-France.

Les programmes destinés à améliorer l’ouverture sociale de ces établissements n’ont donc pas atteint les objectifs qu’ils poursuivaient.

Face à ces inégalités, j’ai donc interrogé la ministre sur les moyens qu’entend mettre en œuvre le gouvernement pour accroître véritablement la mixité sociale et territoriale au sein des grandes écoles et classes préparatoires françaises.