Maladie de Lyme : recommandations de la Haute autorité de santé

santé, santé publiqueLe mercredi 20 juin 2018

La « maladie de Lyme » recouvre des situations cliniques qui sont tout à fait différentes.

Il faut distinguer la borréliose de Lyme, des autres maladies, plus rares, transmises par les tiques :

  • d’autres bactéries, responsables de rickettioses, tularémie ou anaplasmose granulocytaire à traiter par antibiotiques (entre 7 à 14 jours selon la maladie),
  • des parasites, responsables de la babébiose, à traiter par une combinaison d’antibiotiques et d’antiparasitaires,
  • ou des virus provoquant la méningo-encéphalite, pour laquelle un vaccin préventif pour les personnes exposées est recommandé.

La Haute autorité de santé (HAS) vient de présenter ses recommandations : quel que soit le résultat de la sérologie :

  • Proposer un traitement pour soulager les symptômes, en attendant d’en savoir plus sur la maladie dont souffre le patient.
  • De réaliser un bilan étiologique qui doit permettre d’éliminer la piste de maladies inflammatoires, de pathologies infectieuses ou non infectieuses.

Ces recommandations marquent une étape mais devront être actualisées en fonction des données de la recherche.

Les données scientifiques attendues par la HAS :

  • Nécessité de disposer de données sur les maladies vectorielles à tiques.
  • Les agents pathogènes transmis par les tiques.
  • Les traitements.

Pour en savoir plus