Lutte contre les infections nosocomiales

santé, santé publique, hôpitalLe mardi 11 septembre 2018

J’avais interpellé la Ministre de la santé sur les infections nosocomiales dans les hôpitaux.

En effet, un patient sur vingt en contracte une au sein des établissements de soins.

Les pathologies urinaires et pulmonaires sont les plus fréquentes et les services de réanimation sont les plus touchés (1 patient sur 4 infectés dans ces services).

Deux bactéries en sont principalement responsables : l’Escherichia Coli et le staphylocoque doré.

Cela représente 4 000 décès par an !

Selon l’Agence santé publique elles n’ont pas diminué depuis 2012, alors que cela avait été le cas entre 2006 et 2012, c’est pourquoi il est primordial que les efforts faits depuis plusieurs années ne faiblissent pas (enquête nationale présentée le 4 juin 2018, réalisée auprès de 403 établissements en 2017 et portant sur 81 000 personnes).

C’est pourquoi je lui avais demandé ce que le Gouvernement comptait mettre œuvre pour y remédier.

Dans sa réponse la ministre a réaffirmé la volonté du Gouvernent de continuer les efforts de prévention et de lutte contre les maladies nosocomiales.

Le programme national d'actions de prévention des infections associées aux soins (PROPIAS), mis en place en 2015 par le ministère de la santé, est toujours en vigueur.

Ses objectifs :

  • Développer la prévention des infections associées aux soins (IAS) dans les trois secteurs de l'offre de soins (établissements de santé, établissements médico-sociaux et ville) ;
  • Renforcer la maîtrise de l'antibiorésistance ;
  • Réduire les risques infectieux associés aux actes invasifs en impliquant les usagers.

Ce programme est décliné localement, notamment dans les établissements sanitaires avec l'obligation d'un programme d'actions et l'existence d'une équipe opérationnelle d'hygiène.

Afin de renforcer ces actions, des structures d'expertise (Centre d'appui pour la prévention des infections associées aux soins) ont été nommées pour porter cinq missions nationales de surveillance et de prévention des infections associées aux soins, pour la période 2018-2023 :

  • Surveillance et prévention de la résistance aux antibiotiques (RATB) et des IAS en soins de ville et en secteur médico-social ;
  • Surveillance et prévention de la RATB en établissements de santé ;
  • Surveillance et prévention du risque infectieux lié aux actes de chirurgie et de médecine interventionnelle ;
  • Surveillance et prévention des infections associées aux dispositifs invasifs ;
  • Soutien aux actions de prévention : évaluation, formation, communication, documentation.

Un suivi de l'ensemble des actions est mis en œuvre par le ministère des solidarités et de la santé grâce à des indicateurs bien identifiés afin de mettre en place des mesures correctrices. Il permettra aussi de renforcer les actions dont les objectifs n'ont pas été encore atteints. Ainsi, un renforcement accru de la surveillance des IAS avec, en parallèle, la mise en œuvre d'actions spécifiques de sensibilisation et de formation des professionnels de santé ont été identifiés comme prioritaires dans le PROPIAS afin de diminuer le nombre d'infections nosocomiales.v