Frais de transport en ambulance bariatrique

santéLe mardi 25 février 2020

J’avais interrogé la Ministre de la santé sur les frais de transport en ambulance bariatrique (ambulance spéciale avec une équipe de 4 personnes).

Ces frais font l’objet d’une prise en charge au même titre que tous frais de transport, l’Assurance maladie prend donc en charge le transport des personnes malades mais pas spécifiquement celui des personnes souffrant d’obésité et/ou handicapées.

Le remboursement ne s’effectue donc que sur la base d’un transport habituel et ne couvre pas l’ensemble des frais.

Le reste à charge pour le malade est donc important, ce qui crée une inégalité et met certains patients en difficultés financières.

Je lui ai demandé qu’elle était la position du Gouvernement sur une éventuelle évolution législative sur ce sujet.

Le ministère des solidarités et de la santé m’a précisé dans sa réponse que la prise en charge des patients souffrant d’obésité a connu de grandes évolutions notamment avec les plans obésité mis en place ces dernières années.

Dès 2013, les 37 centres spécialisés de l'obésité ont été équipés d'une ambulance bariatrique pouvant alors transporter les patients avec les besoins spécifiques liés à cette pathologie.

La volonté d'améliorer la prise en charge de ces patients a été réaffirmée dans la feuille de route obésité « 2019-2022 » qui prévoit de renforcer la structure et la lisibilité de l'offre de ces transports dans chaque région.

Le Gouvernement est conscient de l'insuffisance de l'offre actuelle et des difficulté d'accès à ces prestations, notamment en raison des suppléments tarifaires facturés aux patients lorsqu'ils doivent faire appel à des transporteurs privés et non remboursés par l'assurance maladie.

Pour assurer une prise en charge pérenne et adaptée sur l'ensemble du territoire, le Gouvernement souhaite que cette problématique soit prise en compte dans les négociations conventionnelles qui s'ouvrent entre les transporteurs et l'assurance maladie.

Je resterai mobilisée et vigilante sur ce dossier afin que chaque puisse accéder dans les mêmes conditions aux soins dont il a besoin, sans discrimination, beaucoup reste encore à faire.