Visites dans les unités de soins dédiées aux personnes en état végétatif et pauci-relationnel

handicapLe mercredi 20 mai 2020

J’ai récemment été interpellée par une habitante de ma circonscription au sujet de la réouverture des visites dans les unités de soins dédiées aux personnes en état végétatif et pauci-relationnel, c’est à dire gravement handicapés mais pouvant communiquer avec l'entourage.

Jusqu’à l’interdiction des visites due à la crise de COVID-19, la famille et les proches bénéficiaient de visites très régulières qui contribuaient au bien-être et à l’équilibre affectif des patients. Le facteur humain et psychologique serait particulièrement important pour ces patients en grande souffrance.

A la suite de l’annonce du ministre concernant la réouverture des visites notamment aux personnes en situation de handicap, les familles pensaient pouvoir bénéficier de cette mesure étant donné que les patients en question sont résidents permanents sans possibilité de quitter l'établissement. Ces unités sont censées être avant tout des lieux de vie ouverts aux familles.

Cependant, pour des raisons administratives liées au statut de ces unités, qui seraient considérées comme des services sanitaires et non médico-sociaux, la réouverture des visites ne leur serait pas applicable et la responsabilité de la réouverture incomberait aux chefs d’établissements. Aussi, compte-tenu du risque important d’y faire entrer le virus, un certain nombre d’entre eux auraient décidé de ne pas autoriser les visites.

Dès lors, compte-tenu de la nécessité de trouver un équilibre entre, d’une part, la protection des patients et des personnels au sein de ces unités et, d’autre part, la lutte contre l’isolement des patients, qui passe notamment par le contact avec la famille et les proches, j’ai sollicité le préfet de l’Isère ainsi que le ministre de la Santé pour les interroger sur les solutions qui pourraient être mises en place.