Les parlementaires de l’Isère s’associent pour soutenir les démarches en faveur de la conciliation entre présence du loup et activités pastorales

agriculture, pastoralismeLe jeudi 04 octobre 2018

Après plusieurs mois de concertation, le "plan national d'actions 2018-2023 sur le loup et les activités d'élevage" a été publié le 19 février 2018 par les ministères de la Transition écologique et de l'Agriculture. Il entend à la fois assurer la viabilité de l'espèce en France tout en protégeant mieux les troupeaux et les éleveurs.

Ce plan loup prévoit un rôle particulier pour les espaces protégés en tant que territoires d’expérimentation : « Les parcs nationaux, les parcs naturels régionaux ainsi que les réserves naturelles constituent des territoires privilégiés d’expérimentation des mesures de protection et d’effarouchement.  Les Parcs naturels régionaux facilitent l’application des mesures du plan national sur leur territoire ; ils ont un rôle particulier pour l’expérimentation de dispositifs innovants ».

Après plusieurs mois de concertation avec tous les acteurs concernés (éleveurs, associations environnementales, élus, services de l’Etat, etc), le Parc naturel régional du Vercors (PNRV) a adopté à l’unanimité le 19 septembre 2018 un plan d’action visant à mieux protéger les troupeaux, soutenir l’activité pastorale et permettre une cohabitation raisonnée avec le loup. 

Il prévoit notamment de renforcer des mesures de protection des troupeaux avec des soutiens techniques sur le long terme et en cas d'attaque, un appui aux démarches administratives d'indemnisation, des actions de formation et de médiation et enfin une amélioration des connaissances d'une meute de loup et de son fonctionnement.

L’agriculture de montagne est une agriculture exigeante et les éleveurs doivent déjà faire face à des contraintes multiples. La question du loup vient aujourd’hui cristalliser une situation déjà extrêmement tendue pour les éleveurs.  

La parole du Gouvernement sur ce sujet est fort attendue dans nos territoires de montagne où le pastoralisme millénaire fait partie intégrante de notre patrimoine. Le plan national Loup propose plusieurs mesures satisfaisantes en particulier sur l’aide au pastoralisme, l’affirmation des brigades loups, ou encore la mise en place d’expérimentation dans les territoires impactés.

La réussite du plan national loup passera par l’expérimentation d’actions au niveau local prenant ainsi en compte les spécificités géographiques, culturelles et économiques. A ce titre les expérimentations menées sur le territoire du Vercors méritent d’être soulignées.  

Par conséquent, à l’initiative de Guillaume GONTARD, Sénateur de l’Isère,  je me suis associée à ce dernier, ainsi qu’à Marie-Noëlle BATTISTEL, Députée de la 4ème circonscription de l’Isère, à Célia DE LAVERGNE, Députée de la 3ème circonscription de la Drôme, et à Marie-Pierre MONIER, Sénatrice de la Drôme pour attirer l’attention du Ministre d’État, Ministre de la Transition écologique et solidaire sur le plan d’action du PNRV et solliciter des moyens spécifiques pour apporter des solutions concrètes sur le territoire réussir ainsi l’équilibre délicat entre le maintien de l’activité pastorale et la préservation de la biodiversité montagnarde.