Ensemble contre le COVID-19 : quelles actions d’accompagnement social et solidaire ?

solidaritéLe jeudi 09 avril 2020

Dès le début de la crise de COVID-19, des mesures concrètes ont été mises en place pour accompagner les personnes en situation de fragilité sur les territoires.

Hébergement

La préfecture de l’Isère a ouvert différentes structures d’accueil et d’hébergement supplémentaires pour les personnes en situation de précarité ou victimes de violences :

  • 673 places pour les plus démunis
  • 44 places pour les femmes victimes de violences
  • 34 places pour les personnes sans domicile fixe avec des chiens

Pour les personnes sans domicile fixe souffrant du virus Covid-19, un centre d’hébergement dédié a été ouvert le 2 avril dernier à Pont-de-Claix (centre CCAS d’EDF). Il est géré par l'association AJHIRALP pour l'hébergement et par la Croix-Rouge pour les prestations sanitaires, avec une capacité de 44 places (adultes de plus de 18 ans).

Associations

Interpellée par des associations de la circonscription sur leurs difficultés à mener leurs actions sur le territoire, j’ai alerté le Premier ministre et lui ai fait part de leurs inquiétudes.

Compte-tenu de la situation actuelle, les associations font face à la fois à une forte augmentation des demandes de denrées alimentaires et à une baisse de leur effectif de bénévoles souvent âgés de plus de 70 ans. En effet, de nombreuses structures associatives locales ont dû fermer et les bénéficiaires des aides sont donc redirigés vers les associations qui continuent leurs missions, mais en mettant ainsi en tension ces dernières.

Si l’appel massif aux bénévoles a été entendu et qu’un nombre important de personnes se sont portées volontaires pour participer aux actions de terrain, le nombre de dons alimentaires est quant à lui en baisse. Les chaînes d’approvisionnement classiques ne peuvent aujourd’hui plus être utilisées et l’action des associations repose quasi entièrement sur les dons alimentaires de produits frais et/ou de longue durée de la part des particuliers, commerçants, producteurs…

Nous devons rester mobilisés aux côtés des associations qui, malgré les difficultés, continuent leurs missions d’aide à la population. Je salue leur engagement, leur courage et les remercie vivement pour leurs actions !

Pour plus d’informations, cliquez ici


La petite enfance

Interpellée par un habitant de la circonscription sur l’accompagnement des familles au moment de la naissance d’un enfant en cette période de crise, j’ai interrogé le ministre de la Santé sur l’évolution des dispositifs d’ores-et-déjà en place pour prendre en considération cette situation.

Une reprise de l’activité dans pays alors que les services de garde d’enfant ne sont plus accessibles, peut nourrir des inquiétudes. En effet, lorsque la mère bénéficie d’un congé maternité, le père n’est pas éligible à l'arrêt pour garde d'enfant. Toutefois, une femme proche du terme ou avec un nourrisson ne peut concentrer toute son attention et son énergie sur le nouveau-né tout en éduquant ses autres enfants. Aussi, le père devrait pouvoir, au côté de la mère, s’impliquer dans les premiers jours de son enfant et ainsi construire une relation dont on sait que les premiers moments sont fondamentaux.

Dès lors, compte-tenu de la nécessité d’apporter aux familles dans ce cas tout le soutien dont elles ont besoin, j’ai attiré l’attention du ministre sur leur situation et l’ai interrogé sur les éventuelles évolutions des conditions d’accès à l’arrêt pour garder d’enfant ainsi que sur le calendrier prévu pour la réouverture des établissements liés à la petite enfance.


Aides aux étudiants locataires

Depuis le 16 mars, les universités et établissements d’enseignement supérieur ont été contraints de fermer leurs portes pour freiner la propagation de l’épidémie de Covid-19. A cette occasion, les étudiants isolés ont été invités à rejoindre le domicile de leur famille.

Plusieurs mesures ont d’ores été déjà été prises pour les étudiants qui auraient quitté les logements gérés par les CROUS qu’ils occupaient : le préavis contractuel d'un mois ne pourra leur être opposé en cas de volonté de leur part de mettre fin au bail et aucun loyer ne sera mis à leur charge pour le mois d'avril s’ils souhaitent le maintenir.

En ce qui concerne les habitations du parc immobilier privé, le paiement des loyers doit se poursuivre. Le versement des aides et des bourses est cependant maintenu pendant toute la durée de la crise sanitaire et des mesures de confinement.

Toutefois, compte tenu de cette disparité entre étudiants, j’ai adressé un courrier au ministre chargé de la Ville et du Logement pour l’alerter sur cette situation et l’interroger sur les mesures qui pourraient être mises en œuvre pour soutenir aussi les étudiants logés dans le parc immobilier privé.

Pour plus d’informations à destination des étudiants, cliquez ici

 

Méditation par l'animal et zoothérapie

Le secteur de la médiation par l’animal et de la zoothérapie est en plein développement depuis une dizaine d’années. Leurs interventions à visée éducative, pédagogique, thérapeutique ou de recherche touchent tous les âges de la vie et s’adressent à des personnes fragilisées ou présentant des difficultés dans leur parcours de vie (handicap, vieillesse, maladie, contextes sociaux complexes, milieu carcéral et judiciaire…).

Interpellée sur les difficultés auxquelles sont confrontés ces professionnels en raison de la crise sanitaire actuelle, j’ai interrogé le ministre de l’Économie et des Finances sur les mesures de soutien prévues en faveur des intervenants dans ce domaine.