Aux côtés des professionnels et des jeunes dans les instituts médico-éducatifs (IME)

handicap, psychiatrie, santé des enfantsLe vendredi 01 octobre 2021

Depuis le début de mon mandat, je suis mobilisée sur la question de l’accompagnement des personnes en situation de handicap, en particulier des plus jeunes.

Aussi, lorsque j’ai pris connaissance des difficultés de l’institut médico-pédagogique (IMP) Ninon Vallin de Grenoble, j’ai alerté, une nouvelle fois, Madame Sophie CLUZEL, secrétaire d’État auprès du Premier Ministre chargée des personnes en situation de handicap, sur l’insuffisance du nombre de places en IME. Je l’ai également interrogée sur les mesures qui seront prises notamment en faveur des professionnels accompagnant les enfants en situation de handicap au sein des IME, IMP et autres établissements les accueillant, afin de revaloriser ce métier et d’améliorer significativement leurs conditions de travail.

Faute de professionnels, l’IMP Ninon Vallin aurait récemment été contraint de renvoyer chez eux dix enfants, sur la base d'un « volontariat » des familles, dont l'un des parents ne travaille pas. La priorité d'accueil aurait ainsi été donnée aux familles dont les deux parents travaillent. Toutefois, même avec dix enfants en moins, l'IMP fonctionnerait en mode dégradé : les soins, changes et repas seraient assurés, mais plus les activités éducatives.

En novembre 2020, la dernière étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), portant sur l’offre d’accueil des personnes handicapées dans les établissements et services médico-sociaux fin 2018, montre notamment une hausse tant dans le nombre de places dans les établissements pour enfants (+2,2%), que dans le nombre de personnes travaillant dans ces établissements (2,3%), par rapport à 2014.

Malheureusement, ces efforts semblent insuffisants et nous devons aller plus loin pour éviter que des situations telles que celle vécue par les enfants de l’IMP Ninon Vallin ne puissent se reproduire.